Vagues d’Elliott – Chapitre 1 : Arme anti-crach : La théorie de Dow

Vagues d’Elliott – Chapitre 1 : Arme anti-crach : La théorie de Dow

Dans un article précédent, j’avais écrit que j’aborderai la bien connue et souvent décriée théorie des vagues d’Elliott. Celle-ci  prend sa source dans la théorie de Dow. Il parait donc naturel, avant  d’aborder les concepts mis en place par Ralph Nelson Elliott, de faire un détour par une des armes devant faire partie de votre arsenal anti-crack : la théorie de Dow.

Charles Dow est considéré comme un des pionniers de l’analyse comportementale des marchés.

Il est né le 6 novembre 1851 à Sterling dans le Connecticut et est mort le 4 décembre 1902 dans le district de Brooklyn à New York.

Journaliste financier américain du 19 ème siècle, il est le créateur de la société d’informations boursières Dow Jones and Company et fondateur du journal économique The Wall Street Journal. Il est également le créateur, en 1884, du fameux indice boursier de la bourse de New York avec Edward Jones, statisticien américain : le Dow-Jones

Il est considéré comme le père de l’analyse technique occidentale. Il affirmait que le cours d’un actif à un moment donné contient toute l’information connue, positive ou négative, mais également toute la peur et l’avidité des intervenants, c’est-à-dire leur comportement émotionnel, psychologique. Il reflète ainsi le consensus du marché. Pour rappel, l’analyse technique est avant tout basée sur l’analyse de ces comportements. Contrairement à l’analyse fondamentale qui elle, s’appuie sur la valeur réelle des biens pour déterminer le prix des sociétés.

Ses théories sont toujours largement appliquées aujourd’hui. La théorie qui porte son nom a été publiée dans une série d’articles entre 1900 et 1902 dans le Wall Street Journal. Elle contient plusieurs principes qui permettent de définir la notion de tendance.

 

Un peu de pratique sur la notion de tendance :

Avant de commencer, revenons sur les notions de creux et de sommets

Un dessin valant mieux qu’un grand discours, celui ci-dessus illustre ces notions.

 

Premier axiome : La théorie des tendances

L’analyse des tendances, selon la théorie de Dow, se base sur l’étude des creux et des sommets.

La tendance est un mouvement directionnel à la hausse ou à la baisse :

  • Tendance haussière : les sommets et les creux sont de plus en plus hauts
  • Tendance baissière : les sommets et les creux sont de plus en plus bas

Si aucune tendance n’est discernable, on dit que le marché est « flat », c’est-à-dire sans tendance.

Dans l’exemple ci-dessus, les sommets (flèches vertes) sont de plus en plus hauts, et les creux (flèches rouges) sont également de plus en plus hauts : c’est donc une tendance haussière

Dans l’exemple ci-dessus, les sommets (flèches vertes) sont de plus en plus bas, et les creux (flèches rouges) sont également de plus en plus bas. Nous avons là une tendance baissière.

Dans une tendance haussière, on privilégie les achats (car les mouvements sont plus longs), et dans une tendance baissière, les ventes à découvert (pour la même raison).

Retournement de tendance : il suffit d’appliquer la règle :

  • Retournement à la hausse en fin de tendance baissière : le dernier sommet est plus haut que le sommet précédent
  • Retournement à la baisse en fin de tendance haussière : le dernier creux est plus bas que le creux précédent

 

Deuxième axiome : La relativité des mouvements

Les tendances existent quelle que soit l’échelle de temps. Une tendance haussière majeure (ou primaire) est composée de tendances mineures ou secondaires. Ces tendances mineures peuvent être haussières ou baissières à l’intérieur de la tendance majeure haussière. C’est la même chose pour une tendance baissière.

Ci-dessous, une illustration de ces principes :

Ce graphique en unité de temps mensuelle (monthly en anglais) montre une première partie pendant laquelle le titre évolue sans tendance au sein d’un rectangle. On dit aussi qu’il est flat, ou qu’il évolue dans un range.

Ensuite, il entre dans une tendance haussière. Les sommets et les creux sont de plus en plus hauts.

Mais si on effectue un zoom en unités de temps hebdomadaires (weekly), on trouve, au sein de la tendance haussière, une tendance baissière où les sommets et les creux sont de plus en plus bas. C’est ce qu’on appelle la relativité des mouvements, ou fractale.

Si on décomposait à nouveau en unités de temps journalière (daily), ou horaire (hourly), on trouverait à nouveau des tendances haussières et baissières emboîtées les unes dans les autres comme autant de poupées russes.

Revenons maintenant sur le cœur de la théorie.

 

Les 3 postulats

La théorie de Dow repose également sur trois postulats :

  • Non manipulation : aucun marché ne peut être manipulé dans sa tendance primaire
  • Anticipation : le marché anticipe l’avenir car il contient toutes les informations à un moment donné.
  • Non infaillibilité : la théorie de Dow n’est pas infaillible. Les prévisions peuvent ne pas réussir à chaque fois.

 

Les trois tendances

Selon Charles Dow, le marché a 3 tendances (mouvements), et chaque tendance se décompose en 3 parties qui peuvent être haussières ou baissières :

  • Tendance primaire : C’est la tendance à long terme du marché. Nul ne peut prévoir sa durée, mais elle est supérieure à un an et elle peut durer des années.
  • Tendance secondaire (appeler également réaction secondaire) : C’est une correction de la phase primaire. Le marché retrace une partie de la tendance primaire, mais il ne s’agit pas d’une inversion de tendance. Elle peut durer de quelques semaines à plusieurs mois.
  • Tendance tertiaire (fluctuations journalières) : Ce sont les mouvements que l’on constate à l’intérieure de la tendance secondaire. Ces fluctuations, qui durent de un jour à quelques semaines, sont les plus propices à manipulation, sans que cela ne remette en cause les tendances supérieures.

Si on fait le parallèle avec l’océan et ses marées pour rendre le concept plus visuel, alors la tendance primaire est le mouvement de la marée, les tendances secondaires sont représentées par les vagues, et enfin, les tendances tertiaires sont les ondulations, les vaguelettes que l’on voit à la surface des vagues.

 

Les 3 phases

La tendance primaire se découpe généralement en trois phases :

Dans un marché haussier :

1 – Phase d’accumulation (les malins) : Les initiés ou mains fortes disposent d’une information privilégiée. Ils accumulent le titre. A ce moment, c’est plutôt le pessimisme qui domine sur les marchés. Ils anticipent une reprise économique et achètent les titres à des investisseurs novices qui perdent patience. Ces derniers sont stressés car ils ont acheté sur les hauts des marchés.

2 – Phase de participation des professionnels et du public (les suiveurs, les « suceurs de roues ») : Prise du train en marche. Cette phase est souvent la plus dynamique (forte accélération du titre). Le sentiment qui domine est positif : hausse des résultats des sociétés, amélioration des conditions économiques.

3 – Phase de distribution (les malchanceux) : Les initiés et les professionnels prennent leurs profits et « distribuent » leurs titres aux novices qui entrent sur le marché attirés par les nouvelles positives. Pendant cette période, les nouvelles sont au beau fixe et les journaux financiers traitent de manière élogieuse de la Bourse. Les novices sont pris par l’euphorie générale et rentrent massivement sur le marché. Les professionnels profitent de l’aubaine pour prendre leur bénéfice et vendre à bon prix. Certains initient même des positions vendeuses.

Malgré tout, il ne faut pas oublier la crise de 2000 où de nombreux professionnels ont été également pris au piège en se positionnant sur les hauts de marché.

Dans un marché baissier :

1 – Phase de distribution : Les vendeurs prennent le pas sur les acheteurs. Ils dominent le marché

2 – Ventes paniques : On assiste à un effondrement des cours. C’est l’irrationalité qui domine sur les marchés.

3 – Les ventes se tarissent et les malins qui pressentent un retournement de la tendance liquident leurs positions baissières et reviennent à l’achat.

 

Méthode de prévision : confirmation et divergence des indices

Les deux seuls indices utilisés par Charles DOW sont l’indice des actions industrielles (DJIA : Dow Jones Industrial Average) et l’indice des transports (DJTA : Dow Jones Transportation Average). Entre les deux indices doit se produire soit une confirmation, soit une divergence.

  • La confirmation : C’est quand un indice confirme l’autre. Par exemple, si l’indice des transports chute et se met à la baisse, et, quelques semaines après, l’indice des actions industrielles fait de même, alors nous avons une confirmation d’une inversion de tendance primaire qui était à la hausse. Les deux indices confirme la prévision.
  • La divergence : C’est quand un indice ne confirme pas l’autre. C’est l’indication qu’un changement de tendance est possible, mais ne va pas forcément se produire. Il s’agit d’une alerte.

Les deux indices doivent être en phase : le comportement d’un seul indice ne suffit pas. Il s’agit donc de comparer les plus hauts et plus bas des deux indices. La tendance reste valide tant qu’il n’y a pas eu de renversement.

En règle générale, le Dow Transport est même connu pour être un indicateur avancé des  grosses tendances à venir du marché : il joue souvent un rôle de précurseur. Il est particulièrement sensible à l’effet dollar d’une part (effet défavorable d’un EURUSD faible, càd sous les 1.20 $), et aux fluctuations des cours du baril de pétrole (n’oublions pas que dans l’indice des transports, on retrouve les compagnies aériennes ainsi que les leaders de la messagerie). A l’heure actuelle (fin février 2018), les deux indices sont en phase. Je vous laisse le vérifier.

Selon une étude de Felipe Tudela (1998), celui qui aurait acheté et vendu selon les principes de la théorie de Dow, aurait réalisé un bénéfice annuel de 14%. Par exemple, un investisseur achète à parts égales les 30 actions du Dow Jones Industrial Average pour un million de dollars, se retrouverait 30 ans après, avec près de 51 millions de dollars (en appliquant les intérêts composés).

Ce résultat peut même être amélioré en appliquant, en plus, la Théorie de la Valeur (Benjamin Graham, Walter Schloss, Warren Buffett). Il s’agit là d’étudier les fondamentaux d’une société afin d’en déterminer la valeur et de pouvoir anticiper quel cours devrait avoir l’action.

Ainsi, associer la méthode de prévision des marchés (confirmation-divergence des deux indices) à la sélection des bonnes actions par la théorie de la Valeur vous donnera un avantage indéniable sur les autres intervenants.

Exemple :

Fin 2007, en unité de temps hebdomadaire, nous constatons une telle divergence : début  octobre 2007, le DJIA fait un nouveau plus haut, alors que, pour le DJTA, ce sommet est plus bas que le précédent. Il y avait là une alerte qui devait être prise en considération.

La ligne rouge verticale matérialise la période de début octobre 2007.

Pour le DJIA :

Pour le DJTA :

 

Importance des volumes

La théorie dit que les volumes suivent en général la tendance principale. La tendance sera solide si les volumes progressent pendant son développement. Une divergence entre la progression des cours et l’évolution des volumes dénote une faiblesse du mouvement.

Personnellement, je ne regarde pas les volumes sur les indices. Je les trouve moins représentatifs que pour les actions.

Conclusion

On a vu que la théorie de Dow s’applique à tout sous-jacent et aux différents horizons de temps (Investissement (long terme), swing trading (court et moyen terme), day trading (très court terme))

L’avantage de ce système est que, si la tendance de fonds est haussière, par exemple en mensuel, vous interviendrez en hebdomadaire uniquement à l’achat (long en anglais). Et inversement, dans une tendance de fonds baissière, vous n’interviendrez qu’en effectuant des ventes à découvert (short). Pourquoi ? Et bien vous remarquerez que, dans une tendance haussière, les segments tracés par la courbe des cours sont plus longs dans le sens du marché que dans le sens de contraire. Et inversement dans une tendance baissière. C’est pourquoi on dit toujours qu’il faut toujours trader dans le sens de la tendance, et non contre le marché.

Ceci marche évidemment quelque soit l’unité de temps utilisée. Alexandre ELDER, un trader américain, a effectué des recherches à ce sujet. Il préconise un ratio de 4 à 6 sur les unités de temps. Cela veut dire que si vous tradez en journalier, vous surveillerez la tendance de fonds en hebdomadaire, et si vous faites du daytrading (vos interventions se font au sein d’une même journée) et que vous tradez avec des graphiques en 1 heure, vous surveillerez la tendance de fonds sur un graphique en 4 heures.

De nombreux traders renforcent encore leurs contrôles en utilisant une troisième unité. Par exemple, si vous tradez en 1 heure, vous surveillez la tendance en 4 heures et en journalier.  Si vous tradez en journalier, vous surveillerez la tendance en hebdomadaire et en mensuel, et ainsi de suite. Si vous êtes plus investisseur  que trader, et que vous visez le plus long terme, vous pouvez intervenir en mensuel et surveiller la tendance en trimestriel et en annuel.

Tout ceci vous aidera à réduire les faux signaux que vous ne manquerez pas de rencontrer sur les marchés et cela rendra votre trading beaucoup plus serein.

Quelle que soit votre méthode (technique ou fondamentale), quel que soit votre horizon de temps (de très court terme (scalping) à très long terme (investissement), en passant par le court et moyen terme (swing trading)), vous devez savoir décrypter la tendance. Comme le dit le dicton américain : « The trend is your friend » (La tendance est votre amie). Cela augmentera très significativement vos probabilités de réussite.

 

Bons trades à tous

_______________________________

Pour recevoir gratuitement mon livre « SCPI – L’immobilier zen » et être averti dès qu’un nouvel article est publié, remplissez le formulaire ci-dessous. couverture-3d-livre-v2

10 réactions au sujet de « Vagues d’Elliott – Chapitre 1 : Arme anti-crach : La théorie de Dow »

  1. What’s Happening i am new to this, I stumbled upon this I have
    found It positively useful and it has helped me out
    loads. I am hoping to contribute & assist other
    users like its aided me. Good job.

  2. Having read this I thought it was extremely enlightening. I
    appreciate you finding the time and effort to put this informative article together.
    I once again find myself spending way too much time both reading and posting comments.

    But so what, it was still worth it!

  3. Hey there would you mind letting me know which hosting company you’re using?
    I’ve loaded your blog in 3 completely different internet browsers and I must say this blog loads
    a lot faster then most. Can you recommend a good hosting provider
    at a reasonable price? Cheers, I appreciate it!

  4. Greate post. Keep posting such kind of info on your blog.
    Im really impressed by your site.
    Hello there, You have performed a fantastic job.
    I’ll certainly digg it and in my view recommend to my friends.
    I am confident they’ll be benefited from this web site.

  5. I am really glad to read this webpage posts
    which includes plenty of useful data, thanks for
    providing these kinds of data.

  6. J’ai pu visiter ce petit pays mais une grande nation. Si les quartiers dans lequels j’ai pu me promener résument l’âme de Singapour (c’est un axiome auquel je crois), c’est un pays divers, pragmatique, tourné vers l’avenir, audacieux et qui a tout compris de l’importance du capital humain et financier.

  7. Excellent post. I was checking constantly this blog and I am impressed!
    Very useful info specially the last part 🙂 I care
    for such information a lot. I was looking for this particular info
    for a very long time. Thank you and best of luck.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *